Concertation et enquêtes publiques

Retrouvez ici les comptes-rendus des concertations et enquêtes publiques en cours.

RÉVISION DU PLAN LOCAL D’URBANISME et CRÉATION DU PÉRIMÈTRE DÉLIMITÉ DES ABORDS AUTOUR DE L’ÉGLISE SAINT-PIERRE

Une enquête publique unique relative à :

– la révision du PLU, prescrite par délibération du conseil municipal du 14/10/2013,

– la création du Périmètre Délimité des Abords autour de l’église Saint-Pierre,

est organisée, pendant une durée de 33 jours, soit du 12/04/2018, 9h00 au 14/05/2018, 17h30.

Voici l’arrêté d’ouverture de l’enquête : Cliquez ICI pour en prendre connaissance. Dès le 26 mars, il sera accompagné de l’avis rappelant le déroulement de l’enquête.

Extrait du Bulletin Municipal n°131 (Avril-mai) > Actualités municipales > Urbanisme p.15

>> Vous pouvez émettre vos observations depuis l’adresse suivante en cliquant enquetepublique.plu@ville-noyalsurvilaine.fr

Retrouvez ci-dessous l’ensemble des pièces du dossier :

Délibérations

RETOUR OBSERVATIONS PERSONNES PUBLIQUES ASSOCIEES

ARRÊT PROJET PLU

Périmètre Délimité des Abords autour de l’église St-Pierre

Observations du public

> Le 16 avril 2018 :
« Madame la commissaire enquêtrice, Vous trouverez les avis que nous vous avons remis jeudi dernier en version papier sur notre site à ce lien (dans la section « Avis du collectif”): http://aupredchezvous.fr/publications/ Le livre blanc est lui disponible à ce lien: http://aupredchezvous.fr/la-premiere-version-du-livre-blanc-du-collectif-est-disponible/ Cordialement ». Benoit Foucher, du collectif « Au pré d’chez vous »

 

> Le 17 avril 2018 :
« Je soutiens la demande du collectif de ne pas urbaniser les terres de la ferme de la Touche du Val et réduire la consommation foncière du projet de PLU.

Ingénieur en Agriculture – Doctorante en sociologie

Anna-Gwen Denis. 22300 Ploulec’h

Avis complémentaire :

–          Maintenir les exploitations agricoles dans leur cohérence, leur ensemble et leur pérennité.

–          Faire de l’agriculture du bassin rennais une priorité.

–          Maintenir un équilibre avec les projets de Rennes Métropole et ne pas créer des systèmes d’urbanisation dans le cadre de la distorsion de concurrence à l’exemple de la prétention de supériorité de l’égoïste municipalité de Saint-Grégoire en matière de gestion foncière.

–          Démontrer une intelligence territoriale de la part de la mairie de Noyal-sur-Vilaine et pas seulement un opportunisme municipal démontrant l’incompétence de la municipalité à acter des décisions d’ordre majeure avec un impact global sur le bassin rennais sans en tenir compte.

–          Protéger la production agricole, maillon d’entreprises fierté de Noyal-sur-Vilaine comme les beurreries Bordier, Triballat ou les sites de Sojasun…

–          Protéger les exploitations dans leur intégralité et les emplois locaux directs et indirectes.

–          Réfléchir à valoriser ce magnifique patrimoine avec des signes de qualité officiels comme des AOC pour le beurre, les crèmes, le lait, les produits transformés de la pâtisserie en protégeant l’emploi… Rêvez d’être créatifs, protecteurs et pas destructifs…

–          Contribuer à une agriculture bretonne de qualité pour soutenir son industrie, ses emplois, les débouchés et études des jeunes, la gastronomie et son patrimoine touristique.

–          Préserver toutes les aménités environnementales et collectives de l’eau, de l’air, du sol, du climat, des balades, de la végétation pastorale, bocagère et arborée.

–          Commencer par mener à bien réfléchir à une optimisation et densification de l’existant, à la rénovation du bâti, au mieux vivre ensemble, au développement des éco-déplacements avant d’envisager tout projet de surconsommation foncière.

–          Avoir le courage d’apprendre des connaissances nouvelles, de changer d’avis, renoncer et corriger les erreurs.

–          Bonne réflexion consultative et respectueuse. » Anna-Gwenn DENIS

 

> le 17 avril 2018 :
 » Bonjour,

Je soutiens la demande du collectif « Au pré d’Chez Vous » pour ne pas urbaniser des terres agricoles, en particulier de la ferme de la Touche du Val, au profit d’une optimisation des terrains existants ; A savoir que nous avons tous besoin de manger et que pour ce faire il est impératif de conserver des terres agricoles.

Les terres agricoles permettent également un écoulement naturel des eaux pluviales et le maintien de la biodiversité locale. » Mickaël LEROUX, 35530 Brécé

 

> le 17 avril 2018 :
« Bonjour,

Je soutiens la demande du collectif « Au pré d’Chez Vous » pour ne pas urbaniser des terres agricoles, en particulier de la ferme de la Touche du Val, au profit d’une optimisation des terrains existants ; A savoir que nous avons tous besoin de manger et que pour ce faire il est impératif de conserver des terres agricoles. 

Les terres agricoles permettent également un écoulement naturel des eaux pluviales et le maintien de la biodiversité locale.  » François Pestel, 35530 Noyal-sur-Vilaine

 

> le 18 avril 2018 :
« Bonjour,

Je soutiens la demande du collectif « Au pré d’Chez Vous » pour ne pas urbaniser des terres agricoles, en particulier celle de la ferme de la Touche du Valet réduire la consommation foncière du projet de PLU.

On peut continuer à fermer les yeux, et enfermer la ville, on peut soustraire les dents creuses et affirmer les ignorer, on peut se boucher les oreilles et se dire que ce sera toujours pareil, on peut s’exprimer au nom de la démocratie représentative et ignorer la démocratie directe, mais personne ne peut ignorer la réalité.

La terre est un bien commun, un bien précieux et nous l’abimons et nous la détruisons et nous compromettons l’avenir. Le ferme de la Touche du Val est emblématique de cet aveuglement d’une fausse bonne intention! montrer un projet affiché comme modernité et ignorer le besoin de se projeter pour les générations à venir. Outre que le livre blanc du collectif montre que les règles et les chiffres ne sont pas fondés à justifier un tel projet, mais nous n’acceptons plus ce tout construction-destruction vision court-termiste.  Cette terre agricole biologique est notre paysage collectif inaliénable, un bien commun à vocation de  nourrir les vaches de la ferme pour produire ce lait qui sert à alimenter les hommes, une réserve de carbone, à son échelle, alors que notre atmosphère est de plus en plus saturé de pollutions, un petit paradis pour la faune et la flore qui s’y sont installés (je vous invite à vous y rendre) à l’heure ou la biodiversité animale, végétale et minérale sont en grands dangers. Outre les arguments techniques: comme – Préserver la cohérence de l’exploitation agricole dans son projet durable, – Ne pas créer une distorsion de concurrence avec notre centre ville et la commune voisine qui a rendu un avis défavorable, –   Protéger l’agriculture bio et les agriculteurs, leur emploi, et tout ce qui en découle, nous ajoutons encore qu’il y a lieu de maintenir un poumon d’air frais et sain dans cet ère consumériste qui n’est pas un modèle, dans notre commune, ce lieu de promenade qui amène les citoyens à aimer leur lieu de vie et à rester éveillés (Avez vous rencontré le veilleur ?) et sensible au sens de la vie et notamment pour les enfants qui voient ainsi que le lait n’est pas simplement une brique. Enfin, considérer le véritable intérêt général c’est de notre responsabilité de citoyen et sans aucun doute celle de la fonction que vous occupez dans cette enquête publique. Car accepter ce projet en l’état c’est compromettre sérieusement l’avenir de la ferme du Val et donc la notre ! »  Bernard MARTIN citoyen et  écologiste convaincu qu’une autre société est possible et nécessaire

 

> le 18 avril 2018 :
« Je soutiens la demande du collectif de ne pas urbaniser les terres de la ferme de la Touche du Val et réduire la consommation foncière du projet PLU !
Une urbanisation à la Thorigné Fouillard, non merci ! » Anne-Sophie LENROUE, Rue de la paix, 35530 Noyal sur Vilaine

 

> le 20 avril 2018 :
« Bonjour,
Je tenais à vous donner mon avis concernant le nouveau PLU car je suis contre et souhaite la préservation des terres agricoles de la ferme bio de la touche du val et préfère que le centre bourg soit redynamisé. Cordialement, » Aurélie SOREL, habitante de Noyal

 

> le 20 avril 2018 :
« Madame la commissaire-enquêtrice

A la demande de Monsieur le Maire d’Acigné, dans le cadre de l’enquête publique actuellement ouverte en mairie de Noyal-sur-Vilaine, j’ai l’honneur de vous adresser ci-joint copie de la délibération n° 2018,1,17 du conseil municipal d’Acigné, sur le projet arrêté de PLU de la commune de Noyal-sur-Vilaine.

Vous souhaitant bonne réception et restant à votre disposition pour toutes précisions que vous jugeriez utiles,

Salutations respectueuses » Bruno Ménoret, Directeur général des services, ville d’Acigné

 

> le 20 avril 2018 :

« Madame, Monsieur l’enquêteur (se) public,

Il a été porté à ma connaissance la modification du PLU portant sur la préemption de terres agricoles au profit de la construction d’un lotissement.
Je comprends bien qu’il faille se loger, que la commune de NOYAL cherche à attirer de futurs administrés, et que une partie l’équipe municipale  souhaite le faire avec un maximum de rentabilité.

Cependant, il ne faut le faire n’importe comment. il n’y a pas que çà dans la vie de tout concitoyen.
Nos modes de vie s’artificialisent de plus en plus ; les exemples sont nombreux, convenons-en.
Les petits Noyalais ont la chance de voir des vaches, en vrai, de savoir que le lait ne vient pas des boites de cartons.
Faire des lotissements à la place d’un élevage bovin, qui plus est un élevage biologique, à la périphérie d’une ville qui  ne fait que s’étendre,  est condamnable

– moralement ( je  sais pas forcément  leur morale, ou pas encore)
– écologiquement
– culturellement
– sociologiquement
– sanitairement….
– pas encore juridiquement.

Aux décideurs, veuillez SVP rapporter ceci : « revoyez votre projet en écoutant le bon sens : faites les lotissements ailleurs. il y  a des alternatives que vous connaissez » «  signé, un habitant de Rennes

 

> le 21 avril 2018 :
« Madame, Monsieur,

Je soutiens la demande du collectif « Au pré d’Chez Vous » de ne pas urbaniser les terres agricole bio de la ferme de la Touche du Val et réduire la consommation foncière du projet de PLU.

La préservations des terres agricoles, et de surcroit des terre agricole biologique, est essentiel pour lutter contre le dérèglement climatique, la pollution des sols, et pour maintenir la biodiversité locale. Et vous savez très certainement que tout cela est un enjeux que le gouvernement met en avant.

Le développement de l’Habitat peut se faire autrement, des alternatives existent et je vous invite à en prendre connaissance (si ce n’est pas déjà fait) via le site du collectif.

Merci d’avoir pris la peine de lire mon message jusqu’au bout, et de le prendre en compte dans votre réflexion. » Clément, un habitant de Noyal-sur-Vilaine.

> le 24 avril 2018 :
« Madame la Maire,
Je saisis l’occasion de l’enquête publique pour vous formuler mon avis sur le PLU présenté. J’habite l’immeuble du 3A rue d’Haigerloch.

Sur le plan page 51 des orientations d’aménagement et de programmation https://www.dropbox.com/s/ydd9aj38lhjupyu/3_PLU-NSV-OAP.pdf?dl=0  : un tracé de continuité verte passe en plein milieu de notre copropriété : immeuble et parking.Très favorable à l’idée de cette continuité verte j’attire seulement là votre attention sur cette erreur.

Par ailleurs, sur ce même plan apparaît en bleu donc en zone de mutation du centre ville, une bande de terrain qui appartient me semble-t-il à l’immeuble rue Charles Hardouin et qui fait face à notre immeuble le long de notre parking. La construction d’un immeuble en plein vis à vis du nôtre serait particulièrement préjudiciable pour nos appartements qui ont leur pièce à vivre de ce côté. Je vous remercie donc de retirer cette petite zone perpendiculaire à l’ancienne cantine scolaire dans le prolongement du générateur EDF.

Dans notre quartier coeur de ville, l’un des trottoirs de la rue Charles Hardouin est trop étroit pour le passage d’un fauteuil ou d’un déambulateur. Le passage piéton au croisement de la rue Charles Hardouin et Haigerloch est un peu dangereux. Le trottoir étant abaissé au niveau du virage, les voitures mordent tous les matins dessus. J’en fait l’expérience en accompagnant mes filles à l’école. Un sens unique rue Charles Hardouin avec des haricots pour ralentir les conducteurs ne résoudrait-il pas certains problèmes de sécurité aux abords de l’école ?

Un détail supplémentaire mais je profite de l’occasion ; le grillage de la maison bleue rue Charles Hardouin n’est pas sécurisé pour les enfants : à hauteur d’yeux les pics du grillage ne sont pas repliés et retombent côté trottoir.
Finalement en cœur de ville, je vous livre mon avis concernant l’ancienne cantine scolaire qui nous est voisine : ne serait-il pas possible d’exploiter d’ores et déjà ce terrain pour construire un petit immeuble respectueux des constructions déjà en place comme les nôtres ?
Le coin devant l’ancienne cantine rue Haigerloch est vraiment disgracieux et peu entretenu. Un rat avait été retrouvé sur la rue il y a un peu plus d’un an. Les recoins derrière le point collecte du Relais servent bien souvent de dépotoirs. Des haies sont inutiles et pourraient déjà être abattues. Le rhododendron magnifique pourrait être mieux mis en valeur côté rue.
Je ne comprends pas pourquoi dans le PLU il n’y a pas d’aménagement prioritaire à la place du petit casino. Un projet d’habitat et de commerces embellirait et moderniserait rapidement la ville.J’ai peur qu’en attendant une plus grande surface libre : le carré entre la rue Charles Hardouin et la rue Pierre Croyal, nous voyons naître un nouveau quartier – grand et dense – de type ville nouvelle sans âme. Des constructions au fur et à mesure de la libération des terrains seraient une transition peut-être plus douce pour les habitants du quartier. Je redoute de voir apparaître des nouveaux quartiers comme à Acigné ou Thorigné-Fouillard dans le centre ville comme ailleurs dans Noyal sur Vilaine. Pourquoi viser une plus grande densification que celle demandée par le SCOT de Rennes Métropole ?
J’espère que vous serez attentive à mon avis et mes remarques formulées dans le but de continuer à profiter de l’agréable qualité de vie que propose aujourd’hui Noyal sur Vilaine.
Vous remerciant de votre attention, cordialement, » Géraldine DUFROS, 3A rue d’Haigerloch 35 530 Noyal sur Vilaine

 

> le 24 avril 2018 :
« Bonjour Me La commissaire enquêtrice,
Dans les objectifs du PLU,  il y a souvent le mot préserver.
Alors voici, en PJ, mes observations (au format pdf et word).
Bonne réception.  » Eric DUGAS, 12 rue de La Moinerie, 35530 NOYAL SUR VILAINE

Contenu de la pièce jointe :
« C’était !
« C’était un petit lieu-dit
Qui s’appelait La Moinerie
Qui sentait bon la campagne jolie
Mais un jour passa un PLU… ».

Marcher, respirer, regarder, pédaler…
Observer, déambuler, humer…
Vous voulez bétonner, vous m’étonnez !
C’est un petit coin remarquable de nature.
Ou passera, reliant Vitré à Rennes, la voie verte future.
Vous voulez bétonner, vous m’étonnez !
C’est la Vilaine, sa zone inondable, ses vallons, ses bosquets, ses vergers, ses haies, ses arbres, sa Haute Roche, son bois et ses abeilles (chapeau Mr Prime), ses oiseaux et ses petits animaux.
Vous voulez bétonner, vous m’étonnez !
On y observe encore, mais pour combien de temps, le martin-pêcheur et la sittelle, l’écureuil et la belette, l’alouette et la bergeronnette, le troglodyte mignon et bien d’autres compagnons.
Disparus la mésange nonette, le bruant et le verdier.
Déjà pour eux, c’était pas le pied. Vous voulez bétonner, vous m’étonnez !
C’est un hameau de biodiversité.
C’est le poumon haut de la cité.
Il part du parc du chêne joli.
Et s’étire jusqu’à La Moinerie.
Vous voulez bétonner, vous m’étonnez !
C’est une campagne à protéger.
Un parc naturel à préserver.
Une zone verte à cajoler.
Vous voulez bétonner, vous m’étonnez !
C’est ses terres bios et ses protecteurs de la nature.
Vous devez les écouter, leur travail est dur.
Pas de « Champ Michel ».
Sur les champs à Michel.
Vous voulez bétonner, vous m’étonnez !
C’est hélas, un verger bitumé.
Six maisons et du béton.
Moi, je dis non.

« De grâce, de grâce, préserver cet espace ».

Eric DUGAS
12 rue de La Moinerie
35530 NOYAL SUR VILAINE »

 

> le 24 avril 2018 :
« Madame, Monsieur l’enquêteur (se) public,
Je tiens à vous faire part de mon avis sur la modification du PLU de Noyal-sur-Vilaine et plus précisément sur l’impact de ce nouveau plan sur la ferme de La Touche du Val. Il m’est aujourd’hui difficile de comprendre les politiques locales qui s’engagent au travers des chartes comme l’Agenda 21, le PADD, le SCOT, le Plan Climat, et qui au final, ne les appliquent pas comme de véritables lignes de conduites.
Aussi, que connaît un cabinet d’urbanisme du Maine-et-Loire sur la vie locale d’une commune comme Noyal-sur-Vilaine? Comment pouvons-nous encore aujourd’hui appliquer des analyses techniques et l’application de grandes théories sans prendre en compte le dynamisme sociale et culturelle, sans faire un état des lieux des surfaces déjà exploitées (dents creuses, taux d’occupation en ZI)? Comment est-il possible aujourd’hui de mettre en péril l’activité de 2 jeunes agriculteurs, engagés dans une agriculture biologique, respectueuse de l’environnement et qui répond à un besoin croissant?

Dans un contexte économique difficile (en particulier pour l’agriculture), et alors que le Pays de Châteaugiron doit répondre aux exigences d’un Plan Climat, je considère que valider ce type de PLU, c’est un peu me dire qu’il n’y a que les bonnes vieilles méthodes qui sont durables… et toujours aussi destructrices.

En tant que Noyalais, je consacre 10% de mes week-ends à la ferme de la Touche du Val, que ce soit pour les:

– Spectacles Cirkoloco
– Visites à la ferme
– Soirées Vagabondages

En soit, en plus de son rôle économique, cette ferme tient un rôle social et culturel, qui permet de se retrouver avec bons nombres de Noyalais. Qui aujourd’hui, peut avoir la prétention de tenir ces 3 rôles à la fois? Comment est-il possible que les élus n’aient pas pu prendre cela en considération, n’aient pas essayer de collaborer avec ces 2 acteurs et au contraire, persévérer dans leur choix? Ne connaissent-ils peut-être pas assez les Noyalais?

Sincèrement, ça me désole, car il y a pour moi, forcément des solutions dans l’élaboration d’un PLU sans se retrouver dans une situation conflictuelle. Ces méthodes ne respirent pas la modernité, dans un monde aujourd’hui, où la jeunesse se tourne plus vers la collaboration et l’intelligence collective. Vivement demain !!!

Donc aux décideurs, merci de revoir votre projet PLU, qui n’est ni acceptable ni moderne à mes yeux aujourd’hui.

Bien cordialement. » Frédéric BERNARD.

Voie verte rennes-Vitré : avis d’enquête publique

A la demande du Conseil départemental d’Ille-et-Vilaine, un avis d’enquête publique a été publié concernant le projet de réalisation de la première phase d’aménagement d’une voie verte Rennes-Vitré entre Cesson-Sévigné et Cornillé.

Pour la commune de Noyal-sur-Vilaine, seul le secteur nord de la zone urbaine est concerné, l’objectif de cette voie verte étant d’offrir un aménagement qualitatif au plus près des boucles de la Vilaine.

Dès le 21 mars et jusqu’au 25 avril, il sera possible de consulter, en mairie d’Acigné, Châteaubourg et Cornillé, les documents relatifs aux dossiers de demande de déclaration publique (dont étude d’impact, avis de l’autorité environnement, résumé non technique). Ces documents sont également consultables sur le site la préfecture d’Ille-et-Vilaine.

Pour rappel, il est possible à toute personne d’émettre des observations ou autres propositions. Elles doivent être consignées sur le registre d’enquête ou les adresser impérativement avant la clôture de l’enquête par voie postale au commissaire enquêteur au siège de l’enquête, à la mairie de Châteaubourg. Il est aussi possible de les adresser par voie électronique sur le registre dématérialisé accessible sur le site de la Préfecture, ou bien encore à l’adresse voie-verte-rennes-vitre@mail.registre-numerique.fr.

Le commissaire enquêteur recevra en personne les observations écrites ou orales du public :

  • Châteaubourg (mairie) : mercredi 21 mars 9h-12h / mercredi 25 avril 14h-17h.
  • Acigné (mairie) : vendredi 13 avril 14h-17h.
  • Cornillé (mairie) : samedi 7 avril 10h-12h.

Plus d’infos en cliquant ICI (avis enquete voie verte). et sur le site de la Préfecture en cliquant ICI.